Ce blog est le petit frère de

Ce blog est le petit frère de notre site internet

samedi 1 décembre 2012

10 000 € sur les 60 000 manquants !

Il semblerait bien que la mobilisation de l'ensemble du milieu de la
 poésie commence à porter ses fruits…

Un certain nombre d'associations, DONT Le Printemps des Poètes, ont reçu du ministère de l'Education nationale un courrier faisant état d'une aide supplémentaire de 10 000€ ! 

Sur la subvention initiale de ce ministère fixée à 160 000 € pour l'année 2012, il ne manquerait donc plus au Printemps des Poètes "que" 50 000. 

La question que se pose maintenant l'association est de savoir si cette diminution de la coupe budgétaire devient supportable ou si sa survie est toujours en danger. 
A suivre...

Jeudi 6 décembre : Hélas, les 50 000€ manquants semblent être encore trop lourds à supporter... (voir le lien dans le commentaire ci-dessous). 

mardi 27 novembre 2012

An open letter to François Hollande (Please Mr President, save the Printemps des Poètes)

Thanks to our FB friend,  Christelle Fourastié, we put online today here and on the page Sauvons le Printemps des Poètes an English translation of Francis Combes "Open letter to François Hollande". Mr. Combes is President of the Association of Independent Publishers and Director of the Biennale of poets in Val-de-Marne. Mr. Hollande is the President of the French Republic.

After reading you can sign the petition here.

Grâce à notre amie Facebook, Christelle Fourastié, nous mettons en ligne aujourd'hui ici et sur la page FB Sauvons le Printemps des Poètes la traduction en anglais de la Lettre ouverte de Francis Combes à François Hollande.

Sous le réel le plus obtus bat le coeur de la poésie.
Under the bluntest reality beats the heart of poetry. 
Mr President,

We are very worried about the information we are hearing from different sides regarding cultural life and more specifically the space left for poetry in France. One of the most concerning pieces of information is related to the Printemps des Poètes (“Poets’ Spring”). Everyone knows the role it has played for many years to make poetry flourish, express and spread to every corner of this country. 

The Ministry of Education, which had always contributed to this association’s functioning, has just cut its subsidies by 60 000€. These actions place the Printemps des Poètes in a very difficult position. 
The period of austerity we are currently going through and the necessity of savings to be done will probably be given as a reason… However this harsh treatment seems for the moment unequally shared. 

Could it possibly be understood that the government’s position (and particularly within the Ministry in charge of youth education) is that poetry is thought to be a luxury, an extra touch of soul which most of our fellow citizens could live without with no serious consequences ? If this were to be the case, it would be a serious mistake.

Poetry is not just a gratuitous play on words. Even if this playful aspect is part of its possibilities. Or, if it is a game, it is a vital one, just as vital a game for child’s development and their ability to mature. Poetry is the expression of a human beings’ ability to “inhabit the world”, to make the world his own, to open up to people, to experience reality deeper and at the same time to dream it, to transform it by the power of imagination. As its best, poetry is a sensitive lucidity, one of the highest forms of consciousness. 

A people deprived of poetry would be a dreamless people. 

In the 1948 text entitled La Fonction Poétique (“Poetic Function”), Pierre Reverdy was already writing : “No, poetry is not this useless and gratuitous thing without which one could easily live – poetry lies at the beginning of mankind, poetry’s roots can be found in humanity’s destiny. (…) Poetry is the magical act of transmutation of the outside reality into an inside reality without which mankind could never have overcome this inconceivable hurdle that nature had erected in front of humanity.”

Detracting this poetic function, which has so much to do with the very essence of human freedom (which is about not resigning to the reality as it is), would mean going to the direction of the slope, which exists in our society and leads to consider men and women as consumers and not as producers, as customers of an imaginary world deprived of imagination and not as creators of their lives and futures. That slope is the one that tends to transform people, masters of their destiny, into merely a passive and tractable population. 

Reducing culture, today as yesterday, always opens the way for stupidity and fascism. 
Besides, this necessary characteristic of poetic function seems to me especially obvious in times of crisis such as the one we are going through currently. When many aspects of social life compel us to resign ourselves in front of what is perceived as fatality, the use of poetry appears for what it is in the eyes of many people: a salve contre l’habitude (“a salvo against habits”; to quote Henri Pichette). Poetry is a revolt against a dreary life, a seemingly modest action but nevertheless precious in order to imagine the world. 

Now, isn’t this what we lack the most: the ability of dreaming the future and the world’s transformation? Rimbaud’s old catch phrase, Changer la vie (“Change life”), is still the plan shared by poets worldwide. In my opinion, there is little doubt that poetry could exist without utopia. As far as I’m concerned, this is one of the reasons for explaining the success of many poetical events, such as the poems poster campaign in the Parisian underground, of which I was in charge with Gérard Cartier for fifteen years, the Printemps des Poètes and the various fairs and festivals which contribute in the revival of poetic life in France.

Being regularly invited to festivals abroad, it is with great resignation that I am sometimes witness to the sentiment that French poetry is acclaimed with a higher esteem outside our very own borders.
The absence of poetry in mass media, its marginalization in the publishing industry and finally the back cuts that target it, all these facts substantiate my argument. 

A left-wing policy actually worthy of its name would rather strive to cultivate passion for culture, knowledge and arts, to encourage people to have a critical mind, a taste of reality and the ability to daydreaming.

That is why, Mr President, I ask you to examine with your government the possibility of restoring the Printemps des Poètes subsidy and to promote initiatives in favour of poetry. 

Francis Combes

vendredi 16 novembre 2012

¿La poesía es considerada un lujo? (la lettre ouverte de Francis Combes en espagnol)

Notre amie Facebook, Cristina Burneo de Quito (Equateur) vient de mettre en ligne sur la page FB Sauvons le Printemps des Poètes la traduction en espagnol de la Lettre ouverte de Francis Combes à François Hollande.

Comme tout le monde n'est pas sur Facebook, nous la reproduisons ici aussitôt, notamment pour les nombreux amis du monde hispanique qui nous suivent depuis plus d'un mois et nous ont manifesté leur soutien.

Le blog de Cristina Burneo est Nocturnas salas. 
Carta abierta a François Hollande

  • Sr. Presidente,

    De varios lados nos llega información preocupante acerca de la vida cultural y, sobre todo, del lugar de la poesía en la Francia de hoy. La más reciente, y una de las más preocupantes, se refiere a
    "La Primavera de los poetas" (Le Printemps des Poètes). Todos conocemos el papel que ésta desempeña hace muchos años para que la poesía viva, se exprese y se difunda en todo el país.

    El Ministerio de Educación, que siempre ha contribuido al funcionamiento de esta asociación, ha reducido en 60.000 euros la subvención que le asigna. Esto pone a la Primavera de los poetas en gran dificultad. Se invocará, sin duda, los tiempos difíciles y la necesidad de ahorrar dinero... Pero, por el momento, esta política parece estar desigualmente repartida. ¿Será que en el seno del gobierno (y en particular en el Ministerio, cuya misión es la educación de la juventud) la poesía es considerada un lujo, un suplemento espiritual del que la mayoría de nuestros ciudadanos podría prescindir sin mayores daños? Si este fuera el caso, sería un grave error.

    La poesía no es solo un juego de palabras, aunque esta dimensión lúdica forme parte de sus posibilidades. Y si es un juego, es vital, como es vital el juego para el desarrollo de la infancia y la capacidad de crecimiento. La poesía es la manifestación de la facultad humana de “habitar el mundo”, de hacerlo suyo, de abrirse a los otros, de sentir más vivamente lo real al tiempo de soñarlo, de transformarlo por vía de la imaginación. Es, sobre todo, una lucidez sensible, una de las más altas formas de la conciencia.

    Un pueblo sin poesía es un pueblo sin sueños.

    Ya en 1948, en un texto titulado “La función poética”, Pierre Reverdy escribía: “No, la poesía no es esa cosa inútil y gratuita de la que podemos prescindir fácilmente. Se halla al principio del hombre, y echa sus raíces en su destino. (...) Es el acto mágico de transmutación de lo real exterior en lo real interior, sin lo cual la humanidad jamás podría haber superado el obstáculo inconcebible que la naturaleza le oponía.”

    Atentar contra la función poética, que tiene mucho que ver con la esencia de la libertad humana, la cual consiste en no resignarse a lo real tal cual es, sería ir pendiente abajo, en una dirección marcada por nuestra sociedad que considera a hombres y mujeres consumidores y no productores, clientes de un imaginario sin imaginación, y no autores de sus vidas y su futuro. Esta pendiente tiende a hacer de los pueblos una simple población pasiva y manipulable. Reducir la cultura, aquí y ahora, como ayer y en todos lados, implica siempre allanar el camino para la estupidez y el fascismo.

    Este carácter necesario de la función poética me parece evidente, de manera particular, en tiempos de crisis, como la que estamos viviendo ahora. Cuando más y más aspectos de la vida social empujan hacia la resignación ante aquello que se percibe como inevitable, el poema aparece, a los ojos de muchos, como “una salva contra la costumbre” (para retomar expresión de Henri Pichette), una insurrección contra la vida mustia y una acción aparentemente modesta pero valiosa para imaginar el mundo. ¿No es lo que más falta hoy en día, la capacidad de soñar el futuro y la transformación del mundo? El viejo lema de Rimbaud, “cambiar la vida”, es siempre el programa de los poetas del mundo entero.

    En mi opinión, no hay poesía posible sin utopía. Esta también es, a mi modo de ver, una de las razones del éxito de numerosas manifestaciones poéticas, como la campaña de carteles de poemas en el metro, de la que me ocupo con Gérard Cartier hace quince años, la Primavera de los poetas y las diversas ferias y festivales involucrados en el renacimiento de la vida poética en Francia.

    He de añadir, por ser invitado regularmente a festivales en el extranjero, que a veces tengo la impresión de que la poesía francesa es mejor reconocida fuera de nuestras fronteras que dentro de ellas. Lo confirman la ausencia de la poesía en los medios masivos, su marginación de la industria y del comercio del libro y, ahora, en los recortes presupuestarios, de los cuales es el blanco.

    Una política de izquierdas digna de ese nombre debería, por el contrario, comprometerse a cultivar la pasión por la cultura, el conocimiento y las artes, promover el pensamiento crítico, la cercanía con lo real y la capacidad de soñar despiertos.

    Por esa razón, señor Presidente, le pido que discuta con su gobierno la posibilidad de restablecer el subsidio a "La Primavera de los poetas" (Le Printemps des Poètes) y apoyar la multiplicación de iniciativas a favor de la poesía.

    Francis Combes

mardi 13 novembre 2012

Menaces sur le Printemps des Poètes (synthèse 2)

Après la pétition - que vous pouvez aller signer ici - lancée jeudi 8 novembre pour sauver Le Printemps des Poètes et qui a déjà atteint plus de 4000 votes en seulement huit jours, une partie de la presse a pris le relai de la résistance gauloise organisée sur nos divers sites, blogs et pages Facebook. 

D'où ce deuxième bouquet de liens vers les principaux éléments du dossier. Il est enrichi au fur et à mesure, comme la première synthèse de début octobre.  

Samedi 10 novembre : Le directeur de cabinet de Vincent Peillon évoque un fonds de solidarité pour de nombreuses associations mais en exclut explicitement le Printemps des Poètes pour des raisons de justice... Association : Un million d'euros de fonds de solidarité exceptionnel

Lundi 12 novembre : un article de soutien de Christelle Petit sur le site de l'Enssib (Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques). 

Mardi 13 novembre 
- Le site ActuaLitté, l'un de ceux qui ont le mieux couvert le sujet, reproduit l'intégralité de la lettre ouverte de Francis Combes à François Hollande : Monsieur Hollande, la poésie est-elle considérée comme un luxe ? Du coup la question est maintenant à l'Elysée... 
- le site du Nouvel Observateur évoque la lettre de Francis Combes, l'appel du collectif Orphée et les remous suscités par l'arrivée de la nouvelle équipe à la Maison de la Poésie de Paris. L'article se clôt sur la nouvelle position de la mairie de Paris qui assure maintenant que la Maison de la Poésie "conservera son nom". Dont acte. 
DirectMatin.fr reprend aussi la dépêche AFP qui a repris la lettre ouverte de F. Combes à F. Hollande. Deux jours plus tard, le sujet est l'un des plus discutés sur son site : 
- Le Point.fr a également repris cette dépêche le même jour.

dimanche 11 novembre 2012

Nous sommes déjà des milliers !

Devant l’incompréhensible silence du ministère de Vincent Peillon, une pétition a finalement été lancée par l'association le Printemps des Poètes dont la baisse subite du financement met en cause l'existence (voir l'article de synthèse : ici). Quatre jours après son lancement, on peut déjà y voir un succès incontestable.

Les signatures viennent de la France entière et pour 13% seulement de Paris.

Près de 3000 soutiens déjà !

A l'instant où l'on écrit 2826 personnes ont déjà pris la peine d’aller sur le site et de déposer leur soutien mais cela augmente sans cesse... Allez donc voir ici à combien on en est au moment où vous lirez ceci. 

Début octobre, nous écrivions, un peu bravaches, sur la page Facebook Sauvons le Printemps des Poètes : "Nous sommes des millions!" C’était à la fois provocant et volontariste. En tout cas, il est certain que nous sommes déjà des milliers.

D’abord simple geste de solidarité et d’amitié envers l’équipe du Printemps des Poètes, cette page avait aussi pour objectif de commencer à nous compter, nous tous qui aimons la poésie, soit en la pratiquant d’une manière ou d’une autre, soit en la goûtant.

Elle a rempli son objectif, cette page, attirant des milliers de personnes - entre 5000 et 10.000 par semaine depuis un mois, avec un pic à 28 000 - suscitant des milliers de réactions et des centaines de commentaires, relayant et relayée par d'autres pages Facebook, par des blogs, par des sites, par la presse (notamment le journal ActuaLitté qu'il faut féliciter pour sa couverture régulière de la question)... et transformant un simple mouvement de désolation apitoyée en une vague de protestation puissante et continue dont le ministère doit comprendre qu'elle ne s'arrêtera qu'avec une solution positive apportée à cette crise qu'il a déclenchée. Pour 60.000 euros...

La poésie est dans une situation indigente et on voudrait lui arracher ses hardes ? 
La poésie n'a pas d'argent, monsieur le ministre, on n’fait pas les poches aux pauvres gens. 


vendredi 2 novembre 2012

"Revenir à la littérature, à la poésie" (Aurélie Filippetti)

VERBATIM la ministre de la culture, Aurélie Filippetti, lors d'une soirée dans la maison d'Aragon à l'occasion du trentenaire de sa mort :
"Nous pensons que la culture est objet politique et la politique un projet culturel émancipateur. Je crois que cette mission de la culture, malgré la crise et plus que jamais à cause de la crise, est de revenir à la littérature, à la poésie."

Le propos est extrait d'un article d'Alain Nicolas dans le quotidien l'Humanité daté du 1er octobre 2012 et que vous pouvez lire in extenso ici : http://www.humanite.fr/culture/le-swing-de-louis-sous-la-pleine-lune-505240. 

On était fondé à supposer que le "nous" en question ci-dessus désignait le Gouvernement. Pourtant, le lendemain les services de Vincent Peillon, son collègue de l'Education nationale, lâchaient le fatal couperet sur le budget du Printemps des Poètes et deux jours plus tard, nous recevions le courrier d'alerte de Jean-Pierre Siméon, son directeur artistique, informant les partenaires de l'association que ce défaut d'un financement pourtant prévu et budgété impliquait "la disparition à brève échéance de la structure, et consécutivement de la manifestation"


mardi 30 octobre 2012

(entracte 2) Une soirée Milosz au CNL

Le froid est tombé si soudain sur octobre ! Quelle grâce de pouvoir se réchauffer au Centre national du livre dans le feu doux des vers mystérieusement simples de Milosz. (O. V. de L. Milosz, pas Czesław, le cousin nobelisé en 1980). 
D'autant que l'oeuvre de Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz (1877-1939), aujourd'hui en jachère, n'est pas facile à trouver. Initialement éditée par André Silvaire son oeuvre complète, quasi indisponible mais désormais chue dans le domaine public, pourrait cependant retrouver une vie a minima électronique. L'association de ses Amis s'y emploie et on croit savoir que certains experts de la chose livresque numérique se remuent dans ce sens. 

A gauche de notre accorte présentatrice, la bio analytique d'Anne Richter (Classiques du XXe siècle, Ed. Universitaires, 1965). A droite, "Saul de Tarse" le troisième drame idéaliste-métaphysique écrit en 1913 et resté inédit jusqu'à la publication des oeuvres complètes par André Silvaire en 1970. 

Jean-Baptiste Para
Jean-Baptiste Para, poète, critique, traducteur d'italien et de russe, introduit le grand homme à ne pas oublier. Eléments biographiques, analyses et même un extrait d'une conférence du Milosz diplomate dont l'intérêt est de montrer comment la Lituanie est par lui décrite comme sa propre poésie est, c'est-à-dire avec tout le lexique du flou et la récurrence d'un mot : vieux.

Pourtant ! Son environnement intellectuel de jeunesse, tout sauf flou, fut celui des Symbolistes russes : Alexandre Blok, Natalie Gontcharova et ce Vjačeslav Ivanov qui voulait aller « A realibus ad realiora », du réel au plus réel parce que la Révolution piétinait. Balloté entre des langues dont aucune ne lui est maternelle, Milosz choisira de n'écrire qu'en Français, la langue de sa gouvernante.  

Claude Aufaure
Chevronné, le comédien Claude Aufaure fait sonner ses deux voix - celle des cavernes et celle des anges – pour dire Milosz : "Les morts sont au fond moins morts que moi." (lien vers le poème complet "Tous les morts sont ivres" sur le site de Valérie Brantôme)  Seul compte pour lui non l’ancienneté mais la « profondeur du temps », comme l'explicite Para.
Ainsi ce « En attendant les clefs, dormez un peu madame » qui tant suggère l’étirement du temps. Comme si des heures allaient passer avant que n’arrivent les clefs.

C’est qu’à la fin, l'infini est derrière, alors qu’il était en deçà au début de la carrière. Pour finir, il est peut-être devant, quand vers sa fin Milosz ne produit plus qu'un poème par an, mystique, au seuil jamais franchi de la sérénité. 

Il cesse d'écrire en 1927, meurt en 1939, mais la fin est le temps de la joie. "Le cantique du printemps", tout en beautés, scande à l'envi "Que le monde est beau ! " tout au long répété comme une antienne d’affirmation de foi... ou un désir, déjà, de transformation alchimique. 

Savoir plus : Association des amis d'Oscar Milosz c/o J. Kohler, 14 rue Lagille 75018 Paris qui, entre autres activités, édite ses Cahiers.
Goûter plus : le très personnel texte de Gil Pressnitzer sur le site Esprits nomades avec une sélection de poèmes.
En attendant les oeuvres complètes : « La Berline arrêtée dans la nuit », anthologie poétique, édition de Jean-Baptiste Para préface de Jean Bellemin-Noël, postface de Czeslaw Milosz (Poésie/Gallimard, Paris, 1999).

NB : De retour sur Terre, on apprend le lendemain que la Commission poésie du CNL a diffusé un communiqué faisant état du soutien qu'elle entend apporter au Printemps des Poètes, toujours dans la tourmente... (voir plus bas l'article de synthèse, entre autres). 

dimanche 28 octobre 2012

Menaces sur le Printemps des Poètes (suitess)

Pour ou contre une pétition en ligne ?

Dire d'abord, pour ceux qui l'ignoreraient encore, que le budget du Printemps des Poètes est toujours à ce jour amputé d'une partie de la dotation promise par le ministère de l'Education nationale ce qui remet en cause la survie même de l'association. Malgré la mobilisation de milliers de personnes et les centaines de courriers envoyés au ministre Vincent Peillon son cabinet n'a toujours pas bougé d'un pouce. 

S'interroger maintenant sur les suites à donner à ce silence. 

Depuis le courrier d'alerte de Jean-Pierre Siméon et de l'équipe du Printemps des Poètes début octobre un grand nombre de personnes émues par la situation (cf. l'article de synthèse et liens ici), nous ont suggéré de lancer une pétition en ligne. 

Indépendamment même du fait que tout prend du temps et que cela aussi il faudrait le gérer, nous sommes très partagés sur l'efficacité réelle de ce type de moyen.

Certes, le caractère automatisé et viral, donc simple et efficace, est séduisant et semble renvoyer à l’âge des cavernes les pétitions à l’ancienne. Mais il y a aussi des arguments inverses.

L’équipe du Printemps des Poètes a dès le début privilégié l’envoi de courriers au ministre, qu’ils soient originaux ou copiés-collés sur leur modèle ou sur le nôtre. Le papier garde une forte charge non seulement symbolique mais aussi d’engagement, surtout aujourd'hui où un envoi électronique est si simple.

De notre côté, nous sommes circonspects. 

D’une part, les quelques centaines de lettres reçues par le ministre ont un poids tangible et nécessitent des actions physiques (réception, ouverture, lecture, préparation de la réponse et envoi) qui pèsent sans doute plus lourd qu’un mél disant que 5000 ou 50 000 personnes ont cliqué, parfois sans réfléchir plus de quelques secondes, sur un site de pétition en ligne.

D’autre part, nous avons eu quelques mauvais échos, sur ces sites de pétition à la chaine… Tous les détails sont dans l’extrait ci-dessous du mél d’une association qui explique clairement pourquoi elle préfère que ses soutiens ne les utilisent pas. C’est dit en termes fleuris mais c’est dit.

Au vu de ces éléments et pour nous aider à nous décider, nous sommes preneurs de tout avis éclairé, soit dans la case "Commentaires" ci-dessous soit sur la page Sauvons le Printemps des Poètes. 


mardi 16 octobre 2012

(entracte) Pour soutenir le moral du Printemps des Poètes

"... faisant vibrer la rougeur du ciel matinal au-dessus de la mer..." (Proust, La prisonnière)

Magnifiquement lu par André Dussolier pour les éditions Thélème, cet extrait de moins de 30 secondes dans le pur respect du droit de citation admirative.
Ci-joint 25 secondes de poésie sonore à écouter d'abord avec un sourire religieux puis tranquillement, ad libitum, jusqu'à parfaite imprégnation et calme absolu : http://soundcloud.com/axodom-guillerm/rougeur-du-ciel-matinal-la
Apprécier la mise en suspension à la fin : "Et pourtant ces phrases si différentes..."
Voilà pour l'oreille. Quant à l'oeil...
Quant à l'oeil, voici encore un matin de beauté volcanique
 saisi par l'oeil de Nam Tuk, là-bas, sous la coupe de la cabane.

(Spéciale dédicace au maître de cérémonie des levers de sa majesté Sol Premier le Grand)

Tout ça parce qu'on ne peut pas garder les sourcils froncés toute la journée ! 
Ceux qui n'auraient pas suivi les épisodes précédents peuvent regarder ici : Menaces sur le Printemps des Poètes 2013 (synthèse évolutive et liens) puis envoyer leur lettre à Vincent Peillon si ce n'est déjà fait. 

La lettre à Vincent Peillon de Jacques Bonnaffé et Jean-Pierre Verheggen

( Menaces sur le Printemps des Poètes, suite. Hélas ! )

Jacques Bonnaffé - ici aux 30 ans des Parvis Poétiques
fêtés au Grand Parquet fin septembre -
qui ne cesse de mettre son talent et son humanité
au service des poètes morts ET vivants. 
Nous savons que les courriers affluent par centaines au Ministère de l'Education Nationale pour demander à Vincent Peillon de reconsidérer la décision de supprimer  60 000 euros d'aide de son ministère à l'association le Printemps des Poètes, dirigée par Jean-Pierre Siméon, qui travaille toute l'année avec les milieux scolaires et universitaires.

Certains épistoliers, connus ou non, ont l'excellente idée d'envoyer une copie de leur courrier à l'association ou à la page ad hoc "Sauvons le Printemps des Poètes" qui a accueilli des milliers de visiteurs, et où vous pouvez trouver deux modèles de lettre à envoyer vous-même.

Voici celle, belle, forte et émouvante, de Jacques Bonnaffé avec Jean-Pierre Verheggen.
Le Printemps des Poètes est un événement annuel qui fêtera ses quinze ans d'existence en 2013, son rayonnement n'est plus à démontrer. Il excède les périodes dans lesquelles il est annoncé, il excède tous les territoires où on l'estimait attendu, il excède les budgets dans lesquels on le comprimait avec le peu de moyens qui lui était accordé : il pourrait servir de modèle dans sa gestion, son action, ses retombées nombreuses et sa communication. Pas d'équivalent. Pas d'équipe qui se soit battue avec un tel acharnement. 
Au lieu de voir son développement soutenu, au lieu de tirer profit de cette plateforme inédite où se retrouvent auteurs et comédiens, acteurs multiples, citoyens poètes et publics, on l'étouffe. On préfère l'ignorer, la réduire dans les missions qui font sa force et son histoire. 
Peu de mots sont capables de dire l'écœurement de ceux qui ont accompagné la création du Printemps des Poètes et toujours été fidèles à sa mission, sans intérêt personnel, avec la certitude qu'il y avait bien une utilité sociale à la poésie et qu'elle se vivait à travers une manifestation décidée et rayonnante dans la cité, les territoires, par les villages, les points d'ancrage les plus divers et jusqu'aux horizons les plus lointains. 
Je me garderai de faire les comparaisons de moyens et de budgets, elles sont affligeantes et montrent par elles seules le peu de cas qu'on semble faire de ces actions en profondeur au profit de gadgets institutionnels, hiérarchisés et couteux. Le peu d'intérêt aussi qu'on porte à un art qui se fonde sur la sensibilité des mots, interrogeant la nature des discours, leur essence, n'en paraît que plus significatif. 
On ne peut pas admettre une telle restriction de budget après des années d'un exercice très serré et presqu'impossible.  
La poésie, c'est tristement vrai, n'intéresse pas beaucoup de personnes mais concerne beaucoup de monde. Elle forme des clans, des chapelles, de forts petits nombres de fidèles et d'incalculables fiertés, elle réunit comme elle divise mais toujours ouverte au premier venu c'est avec le même désir amoureux, la même loi folle du hasard qu'elle abolit toute séparation, toute distinction, elle appartient à chacun. 
Jacques Bonnaffé, comédien metteur en scène avec Jean-Pierre Verheggen, poète Belge

Si vous pensez que plus on est nombreux, mieux on se fait entendre, n'hésitez pas un instant : twittez, facebookez, bloguez... bref, partagez ce message avec tous vos contacts. Même vos ennemis, on ne sait jamais...

(Pour être tenu au courant des évolutions et nouveaux articles, inscrivez votre adresse mèl dans la case

SUIVRE PAR MÈL / FOLLOW) plus bas à droite.  

dimanche 7 octobre 2012

Menaces sur le Printemps des Poètes... (suites)

Mireille Le Liboux a de la mémoire...

Elle nous rappelle sur son blog que « La culture est le disque dur de la politique », comme disait Aurélie Filippetti en juin dernier. Un mois avant que son collègue de l'Education Nationale, Vincent Peillon, ne coupe une aile au Printemps des Poètes...
A lire ici : Menaces sur "le printemps des poètes"

jeudi 4 octobre 2012

Menaces sur le Printemps des Poètes 2013 (synthèse évolutive et liens)

Politique. L'objet du refus s'enfonce, dans la colère.

L'objet du refus profond de ce monde désaxé se renforce sans cesse et le nom de ce blog trouve hélas chaque jour de nouvelles raisons d'être. L'amicale évocation légère des "Armas secretas" de Julio Cortazar, chères aux axolotls de tous les pays, s'est muée en une nécessité rageuse.
(Merci à Denis Heudré pour cet efficace détournement)
Dans le texte que nous relayons ci-dessous le poète Xavier Lainé, massif de sa colère, dit tant de choses que nous ressentons qu'il vaut mieux lui laisser la parole, ici.

Le Printemps des Poètes est menacé
Un pic de ces vagues cruelles point par exemple dans les menaces qui pèsent sur le Printemps des Poètes. La presse en parle (un peu) :
Mercredi 3 octobreLivreshebdo.fr
Jeudi 4 : Actualitte.com/salons/printemps-des-poetes-le-budget-coupe-un-contresens-du-gouvernement
Le même jour un article de suite : Actualitte.com/societe/vincent-peillon-un-couteau-sous-la-gorge-de-la-poesie comportant les textes de soutien de L'union des poètes et de l'Union des Ecrivains. 
vendredi 5 : LeMagazineLittéraire.comMagazine-litteraire.com/actualite/breve/coupes-budgetaires-bibliothecaires-poetes-font-frais et FR3 Limousin relaye la lettre à Vincent Peillon de Laurent Bourdelas : 
mercredi 10 : Sur un blog de Médiapart Sauvons-les-poetes-et-leur-printemps, reprise du courrier de l'association et quelques réactions de lecteurs où percent pas mal d'idées reçues sur la poésie contemporaine...
Vendredi 19 : François Goblet interviewé dans L'Indépendant du Pas de Calais, hebdo diffusé autour de Saint Omer, mentionne les problèmes du Printemps des Poètes.
Lundi 22Marie-José Sirach, dans les pages culture de l'Humanité, titre Lourdes menaces sur le Printemps des poètes, soulignant l'action de l'association en milieu scolaire dans un papier très détaillé.  

Alors !
Que faire hors s'indigner comme le roc
sous la pluie sans abri.
Digne dans les débris
enragé zèbre d'orage à voix rauque.
             (sur internet les majuscules sont des cris, les lettres alors montrent les crocs)

Quelques unes des nombreuses réactions 

* Lettre ouverte de Pierre Maubé et réaction de Roger Gaillard dans les commentaires de ce post
* Mario Urbanet : "Indignation est souvent mère de raison... Ces gens-là devraient mieux entendre les poètes, qui parfois parlent juste ! "
* Nicole Brossard : "Une forme de vitalité qui abonde en pensées, images et paroles fortes en teneur d'espoir, c'est aussi ce qui se nomme: Printemps des poètes. Et nous aimons partager."
* Michel Thion sur le blog MicroCassandre, pendant électronique de la revue Cassandre/Horschamp, affiche le succulent sourire en coin de sa juste ire.
La lettre émouvante de Jacques Bonnaffé avec le poète Belge Jean-Pierre Verheggen.
* "Simple enseignant je ne découvre qu'aujourd'hui la triste nouvelle... L'équipe du Printemps des Poètes nous accompagne pourtant depuis 2004... à la rentrée une lettre au ministre... en attendant juste un essai de faire circuler l'info dans la mesure de mes faibles moyens..." http://0z.fr/ZlLsJ ou  http://www.eveil25.info/article-touche-pas-a-mes-poetes-112117900.html

Pour manifester votre soutien, une page "Communautés" est ouverte ici : http://www.facebook.com/SauvonsLePrintempsDesPoetes

mercredi 26 septembre 2012

6 poètes ont pris la Butte

On dit que la poésie s’enferme dans sa tour d’ivoire abolie, qu’elle ne va pas vers les "vrais" gens, qu’elle cultive son nombril à l’ombre, on dit bien des choses... Et pourtant. 

"La poésie, c'est..." installation de Gaëtan Sortet.
Pourtant, de plus en plus de poètes prennent la rue pour leur maquis, sortent dire bonjour, s’exposent aux sourires incrédules qui disent : « Vous êtes poète ?!? Non ! Mais qu'est-ce que vous faites, à côté ? »

A côté, on fait comme tout le monde mais là, en ce beau samedi de septembre, une demi-douzaine de poètes avec autant de sculpteurs et des amis clowns, acteurs, musiciens… ont pris d’un pacifique assaut quelques rues du 13e arrondissement de Paris à l'occasion du 2e festival de rue de la Butte aux Cailles. 

L'affiche de l'édition 2012

Le Programme 2012

Dans ce quartier de la Butte aux cailles qui jouit d'une place Verlaine à un jet de pierre de la place de la Commune une trentaine d’artistes ont surpris les promeneurs avec des propositions diverses et légères. En retour, ils ont recueilli autant de sourires que le généreux soleil de ce samedi a bien voulu faire tomber de rayons sur la ville.

Intervention de poètes sur la ville

La ville, ça peut être ça (photo 1) ou ça (ph.2). Le delta est dans la main des poètes, au sens large (tous) et au sens propre (auteurs de poèmes). 

1 - La place Verlaine et son square grillagé, 
avant l'arrivée de la poésie...

2 - La même place Verlaine après : écrire à l'eau 
par terre, écouter un clown à voix de stentor 
dire un poème de Christophe Sigognault... 
alors que, de l'autre côté de la rue, Mario Urbanet débat avec le public. 

3 - Gaëtan Sortet lit aux passants l'une de ses "55 définitions de la poésie" 
à paraître bientôt dans la revue « Traversées ». 

4 - Isabelle Camarrieu dévoile aux curieux
comment écrire debout à ses pieds
d'éphémères poèmes qu'emporte le vent.

5 - Pendant qu'AxoDom fait voyager la curiosité des passants à partir d'un poème explosé dont les morceaux ont été rassemblés sur la grille du square jusqu'à ce même poème (La Mère en morceaux) recollé et habillant un arbre (ci-dessous). 
6 - Plus de détails ici

"Comme tout art, écrit Isabelle Camarrieu, poète, cantatrice et fondatrice du festival 
avec les sculpteurs Camille Bornet et Nasha Mercier, la poésie et la sculpture sont des ouvroirs de perception, de regards, de sensations, de réminiscences mais aussi des élaborations, des combinatoires…". 
Festival O + O de Paris = O Plus O de Paris 2012 = O+O de Paris 
Dominique Guillerm

NB  : La 3e édition du festival aura lieu le 8 septembre 2013.